16 - L'ARITHMOSOPHIE

              EXTRAIT SUR L'ARITHMOSOPHIE

          (Extrait sur Étude de l'Ordre des Elus Coëns)


C'est donc dans l'arithmosophie que Pasqually trouve la justification et le développement de sa cosmologie et de son anthropologie mystiques.

L'Unité est le premier principe de tout être, tant spirituel que temporel » et appartient au Créateur.

Deux est « le nombre de confusion », celui qui « dirige l'association de la volonté de l'homme avec la suggestion démoniaque ». C'est cette jonction qui fut la première faute d'Adam et qui eut pour effet « l'opération de confusion » d'où sortit Houwa. Aussi « le nombre de confusion appartient à la femme ».

Trois ou le Ternaire est le type de la matière. Il représente trois substances fondamentales : Soufre(Feu), Sel(Eau) et Mercure(Terre), « émanées de l'imagination et de l'intention du Créateur " et dont les combinaisons diverses ont produit les éléments constitutifs des corps terrestres et célestes et des organismes vivants. Quelle que soit la multitude infinie des « principes spiritueux » et de leurs manifestations, elles se ramènent toujours en dernière analyse aux trois substances premières. Aussi « le nombre ternaire apprendra à connaitre l'unité ternaire des essences spiritueuses dont le Créateur s'est servi pour la création des différentes formes matérielles apparentes (visibles) ».

C'est ainsi que Bethzaléel et ses deux aides dans la construction de l'Arche « font une allusion véritable au nombre ternaire, qui constitue la faculté puissante des Esprits inférieurs, producteurs des trois essences spiritueuses, d'où sont provenues toutes les formes corporelles ».

50

La composition tripartite se retrouve dans le corps de l'homme et dans ce qui constitue l'existence du Mineur. En effet « la carcasse entière d'une forme humaine » se divise en trois parties : la tête, le tronc et les os. Chacune de ces parties a des propriétés et des facultés propres et, ces différentes facultés font une parfaite allusion aux trois règnes que nous connaissons dans la nature : l'animal, le végétal, le minéral ».

De même le corps de l'homme a trois sortes de vies : la vie de la matière instinct ou vie passive, qui anime aussi bien l'animal privé de raison que l'animal raisonnable, la vie spirituelle démoniaque, qui peut s'incorporer dans la vie passive, la vie spirituelle divine, qui préside aux deux premières.

Le rôle du Ternaire n'est pas seulement de nous faire connaître la composition de la matière. Non seulement il indique encore par l'origine des trois essences spiritueuses qui constituent toutes les formes, l'action directe des Esprits inférieurs, puisqu'ils ont émané d'eux « mercure, soufre et sel » pour la structure de l'univers. Et il est ainsi le signe spécifique de la classe de ces Esprits qu'on appelle « ternaires, mais il est aussi le Verbe, puisqu'il est la raison de « la création de toute forme quelconque par la jonction de l'intention, de la volonté et de la parole, qui enfante l'action divine.

Quatre ou Quaternaire est « le nombre spirituel divin dont le Créateur s'est servi pour l'émanation spirituelle de tout être vivant. « Quatriple puissance divine », il est le chiffre des classes des Esprits supérieurs, majeurs, inférieurs et mineurs, qui sont les modes de manifestation de la Divinité.

Nombre de l'énergie créatrice, c'est de lui que l'Éternel s'est servi pour émaner et émanciper le Mineur Spirituel.

51

« L'homme trouve en lui la répétition de ce Nombre quaternaire qui le fait correspondre avec son Créateur : (1) Corps, (2) qui est l'organe de l'âme, (3) l'âme l'organe de l'Esprit majeur ou Esprit du céleste, (4) et l'Esprit majeur organe de la divinité ».

« Tous les êtres émanés et émancipés contenus dans les 4 classes d'Esprits : supérieurs, majeurs, inférieurs et mineurs ainsi que leurs lois et leurs puissances proviennent de ce même nombre quaternaire ou de la quatriple essence de la Divinité qui renferme tout.

« L'Éternel avait revêtu l'homme de toute la puissance spirituelle divine, comme étant l'acte de la manifestation, le produit de la quatriple essence de la divinité». Le Mineur étant émané de la quatriple essence portait nécessairement le nombre de son émanation qui le distinguait de toutes les émanations faites avant lui et le mettait au-dessus de tout être spirituel émané.

« Du quaternaire toutes choses temporelles et toute action spirituelle sont provenues ».

II est le nombre de « l'axe feu central » qui a condensé, modelé et combiné « les principes spiritueux, produits fans un état d'indifférence >> (inertes par nature) pour donner naissance à toutes les formes corporelles, de même que par son action, il les entretient pendant le cours de leur durée temporelle fixée par la volonté du Créateur ». Il ne peut exister aucun corps sans qu'il ait en lui un véhicule de feu central, sur lequel véhicule les habitants de cet axe actionnant continuellement comme étant provenus d'eux-mêmes ».

52

Le feu central dirige continuellement son action sur toutes les formes corporelles quelconques de matière apparente, consolidées par cette même opération, pour leur communiquer le mouvement, la faculté d'agir et de réagir. »

« Cet axe central est l'agent général, particulier et universel, c'est-à-dire qui agit sur la terre, sur les êtres vivants et sur tout l'univers adhérant aux cercles surcélestes et organe des Esprits inférieurs qui l'habitent et qui opèrent en lui sur le principe de la matière corporelle apparente. Le corps de l'homme renferme un véhicule de ce feu, qui est le principe de la vie matérielle. Il porte le nombre quaternaire à savoir :

1° l'axe central ;

2° l'organe des Esprits inférieurs ;

3° l'organe des Esprits majeurs c'est-à-dire que les Esprits inférieurs sont l'organe des Esprits majeurs ;

4° les Esprits majeurs organes de la Divinité.

Le nombre Quatre étant le nombre de l'axe feu central contribue à la perfection des formes prises par la matière indifférente, parce qu'il donne le mouvement et l'action à la forme et parce qu'il préside à tout être créé, comme étant le principal nombre d'où tout est provenu. Le Quaternaire est en outre le signe de la correspondance spirituelle de l'âme humaine avec la quatriple essence divine par l'intermédiaire de l'Esprit majeur bon. Cette relation comprend en effet quatre termes :

Ame mineure, Intellect Divin, Esprit majeur bon, Divinité.

De plus le corps de l'homme est l'organe de l'âme, celle-ci est l'organe de l'intellect bon, qui est l'organe de l'Esprit majeur, ce dernier étant l'organe du Créateur divin : gradation qui donne aussi le nombre Quatre.

53

Enfin, le Quaternaire est le nombre qui indique au Mineur d'où il vient et quelle était primitivement sa puissance. Adam possédait originairement le Quaternaire ; sa chute l'en a dépouillé. Il pourra le retrouver en additionnant les quatre caractères qui le composent et qui désignent les différentes facultés qu'ils avaient reçues du Créateur ; il sera capable de connaitre tous les nombres de puissance spirituelle qui sont innés en lui.

Cinq ou Quinaire est le nombre de l'esprit démoniaque. Le Quinaire a été formé par les démons quand ils ont voulu ajouter au Quaternaire, nombre de leur émanation, une unité arbitraire, c'est-à-dire quand la volonté de créer sans l'aveu et la coopération de la Divinité a prétendu se joindre à l'énergie créatrice divine. Cette prévarication des Esprits pervers dénatura leur puissance spirituelle et la transforma en une puissance bornée et purement matérielle sous la conduite d'un chef pris par eux.

Six ou Sénaire, que les initiés appellent « nombre des opérations journalières », est le nombre de la création, car « c'est par le Sénaire que le Créateur fit sortir de sa pensée toutes les espèces d'images de formes corporelles apparentes qui subsistent dans le cercle universel ». C'est là l'explication des six jours que dura la création suivant la Genèse ; l'image symbolique employée par la Bible signifie que le Créateur, pur Esprit, supérieur au temps et à la durée successive, a « opéré six pensées divines pour a création universelle ». « Chacun de ces jours ou de ces mille ans ne doit se considérer ou être considéré que comme la durée de l'opération des six pensées divines. Ces six jours annoncent la durée et les bornes de l'existence de la matière qui durera six mille ans dans toute sa perfection.

54

Sept ou Septénaire est le nombre plus que parfait que le Créateur employa pour l'émanation de tout Esprit hors de son immensité divine. Sa valeur évidente est manifestée par l'impossibilité où nous sommes de le diviser en deux parties égales sans le détruire ou le dénaturer ».

Son indivisibilité par deux, nombre de confusion, est la marque de sa perfection.

Il est le signe des esprits supérieurs « qui devaient servir de premiers agents et de cause certaine pour contribuer à opérer toute espèce de mouvement dans les formes créées dans le cercle universel ». Car « la particule du feu incréé excentral ne produirait jamais rien dans les formes corporelles si elle n'était réactionné par une cause principale et supérieure, qui n'est autre chose que les agents septénaires divins, qui président comme chefs aux différentes actions et aux différents mouvements de tous les corps, auxquels ils font opérer leurs pensées et leur volonté selon qu'ils l'ont conçue ».

De même que l'âme du Mineur a pour organe le corps, la forme corporelle humaine, de même les Esprits septénaires ont pour organe des êtres corporels ». L'Éternel, après avoir opéré six pensées divines pour la création universelle donna le septième jour sept dons spirituels et il attacha sept principaux Esprits à toute sa création pour la soutenir dans toutes ses opérations temporelles selon la durée septénaire qu'il lui a fixée.

55

« La coopération des sept principaux Esprits est indiquée dans le monde physique par l'action des sept planètes qui influent sur la température, les saisons et maintiennent l'univers ».


Le nombre septénaire se calcule philosophiquement et mystiquement par sept mille ans quand au temporel et à la durée ; mais lorsque l'Écriture dit que le septième jour Dieu se dédia son propre ouvrage en bénissant la création universelle, il faut concevoir par cette bénédiction, la jonction des sept principaux Esprits que le Créateur réunit à toute créature comprise ou contenue dans toute sa création universelle.

La correspondance des sept Esprits majeurs que le Créateur a attachés dans son univers pour instruire la créature inférieure et mineure de sa volonté, et au nombre desquels est l'Esprit Saint, nous est enseignée par l'Écriture, qui mentionne : les sept Anges, les sept Archanges, les sept Séraphins, les sept Chérubins, les sept Dominations, les sept Puissances, les sept Juges d'Israël, les sept principaux chefs qui étaient sous Moïse et Aaron, les soixante-dix années de la Captivité, les sept semaines de Daniel, les sept jours de la semaine, le chandelier à sept branches qui fut mis dans le Temple de Salomon et qui est encore représenté dans l'église Saint-Pierre de Rome.

Mais le Septénaire, « qui a donné la perfection à tout être créé est le même qui détruira et abolira toute chose ». Lorsque le Sénaire aura épuisé sa puissance, c'est-à-dire lorsque l'effet de chacune des six pensées divines sera accompli, arrivera la septième période, le septième millénaire, pendant lequel la matière tombera dans un terrible dépérissement où elle subsistera jusqu'à son entière dissolution.

56

L'axe feu central dissipera les formes apparentes aussi promptement qu'il les a formées. Car de même que le feu élémentaire a la propriété de réduire en cendres tout ce qu'il embrasse, de même l'axe central a la faculté de dévorer et de dissiper entièrement tout ce qui se réintègre dans lui sans qu'il en demeure aucune apparence ni aucune substance convenable et propre à être habitée par un Esprit. A ce moment « le Créateur retirera la matière vers lui avec autant de promptitude et de facilité qu'il l'a conçue pour la création de son ouvrage. Ainsi, de même que tout aura subsisté dans une succession de degrés en degrés par l'ordre divin, de même tout se rapprochera de sa fin par gradation et retournera à son premier principe. « L'univers ayant été conçu dans son entière perfection par le nombre septénaire, il sera également réintégré par ce même nombre dans l'imagination de celui qui l'a conçu. « Il ne restera de la création aucun vestige quand elle sera réintégrée dans son principe d'émanation ».

Huit est le nombre de la « double puissance divine qui avait été confiée au premier Mineur Adam pour triompher des Esprits prévaricateurs ». Le Créateur l'a attribué aux Élus Spirituels ou Mineurs Élus « qu'il veut favoriser et préposer à la manifestation de sa gloire.

L'Octénaire appartient aussi aux Esprits du surcéleste qui « actionnent non seulement sur le monde céleste et le monde matériel mais encore sur le cercle de l'axe universel.


Ils remplissent donc un double office ; de plus « par leur rang et leur mission ils ont l'acte de la double puissance, puisque démoniaques » ·

57

Neuf est démoniaque, car il est le nombre de la matière multiplié par lui-même. L'Écriture ésotérique fournit plusieurs preuves de ce caractère diabolique du Neuf, en voici une à titre d'exemple : « Caïn et ses deux sœurs, pénétrés par l'intelligence démoniaque, n'eurent plus qu'une seule pensée, une seule intention et une seule action. Leurs trois principes spiritueux et essences premières, leurs trois vertus (facultés) et leurs trois puissances s'additionnèrent pour former Neuf. La preuve que le nombre Neuf est radicalement mauvais, c'est que la somme des chiffres figurant un multiple quelconque de 9 donne toujours le nombre 9. Ainsi, lorsque Caïn s'adjoignit ses deux sœurs pour se livrer à une opération démoniaque les opérants maudits formaient le nombre 27 par l'addition de leurs trois nombres démoniaques 9 ; le même total ; obtient en ajoutant successivement huit fois le nombre 3 à lui-même ; or 27 = 2+7 c'est-à-dire 9 de même 27 x 9 = 243, mais ce dernier nombre = 2 +4 +3 ou 9.

Dix ou Dénaire est le « nombre divin ». Les initiés le représentent par le chiffre 1 inscrit dans un cercle. Le Déna1re est : « l'origine de tout être spirituel majeur, inférieur et mineur et de toute loi d'action, soit spirituelle, soit spiritueuse, puisqu'il contient les neuf premiers nombres qui les signifient ».

« Nul être mineur ne peut être savant sans connaissance parfaite de ce grand nombre dénaire de l'Éternel et de tout son contenu d'émancipation et de création. Les Esprits de la première classe sont dits supérieurs ou dénaires.

58

II y a eu dix Patriarches et dix Mineurs Élus. Ces groupes d'êtres privilégiés forment le nombre complet dénaire spirituel divin.

Les Dix Patriarches

1-Adam T 2- Seth T 3- Enoch T 4- Qenân T 5- Mahalalel T 6- Yéred T 7- Hénoch T 8-Mathusalem T 9- Lamech T 10-Noé

Les Mineurs Elus

Abraham £ Melchisédech £ Moïse £ David £ Salomon £ Zorobabel £Platon £ Pythagore £ Jésus-Christ

Le Onze « est opposé à toute espèce de forme corporelle complète analogue au corps terrestre et à tout ce qui en provient.

Le Douze a été le principe de la division du temps.

L'arithmosophie n'enseigne pas seulement la valeur mystique des douze premiers nombres, elle nous indique en outre la façon dont ils s'engendrent les uns les autres et attribue aux chiffres par lesquels ils s'expriment une valeur et une réalité absolues. En décomposant les nombres, en faisant leur somme ou leur produit, en additionnant leurs signes pour obtenir de nouveaux nombres, on trouve la confirmation des principes que nous venons d'exposer.

La preuve que la manifestation de la puissance divine est identique à cette puissance même ressort du fait que le Quaternaire contient le Dénaire divin, puisque l'addition des .quatre nombres qui sont en puissance dans le

Quaternaire (1 +2+3 +4) donne 10. Additionne ces nombres depuis jusqu'à 4 et tu verras clairement que tout est provenu et que tout existe par le fameux nombre divin, qui est le nombre dénaire. De plus les premiers chiffres sont les éléments dont se composent les quatre nombres de puissance divine, c'est-à-dire : 10 grande et première puissance divine ; 7 (= 3 + 4) deuxième puissance du Créateur ; 6 (= 1 +2 + 3) troisième puissance du Créateur ; 4, nombre quaternaire qui termine et conclut les quatre puissances divines du créateur contenues dans son nombre coéternel dénaire.

59

On peut encore grouper ainsi qu'il suit les quatre premiers nombres  :

I +2 = 3, nombre de la matière.

1 +~+3 = 6, nombre de la création.

1 +2+3+4 = 10, nombre de la puissance divine.

Le Quaternaire est, d'autre part, formé de 1 (nombre de l'Unité divine) et de 3 (nombre de la matière). C'est donc le nombre du Mineur, qui a pour origine une émanation de l'Unité divine enfermée dans la matière en punition de la première faute d'Adam.

La propriété du Quaternaire, démontrée plus haut, à savoir qu'il constitue le Dénaire par l'addition des nombres qu'il contient, prouve que le Mineur est supérieur aux deux mondes majeur et inférieur, puisque, pour former le nombre parfait dénaire du Créateur, ils sont obligés de s'additionner 7+3 = 10.

Le Quinaire, « nombre dont se servent les démons pour opérer la contraction (réaction) contre l'action spirituelle divine », se compose de 2, nombre de confusion ou de génération charnelle +3 nombre de la matière.

Le Sénaire, « nombre des pensées divines qui ont opéré la création universelle temporelle, peut être décomposé de trois façons différentes : par 1 +2+3, par 2+4, par 3+3 (nombre de la matière additionné avec lui-même).

C'est dire que la création de l'univers a pour formule :

Unité divine +génération matérielle + matière ; ou bien : génération matérielle + émanation ; ou encore : matière se combinant avec la matière.

60

Le Septénaire est la somme de 4 et de 3, de sorte que 7 est le nombre qui constitue la puissance d'action de l'Esprit majeur, laquelle est double, c'est-à-dire que par le nombre 3 elle agit sur les formes et par le nombre 4 sur l'esprit du Mineur ».

L'âme passive (végétative) est en possession du Ternaire et l'âme impassive (spirituelle) est en possession du Quaternaire. Mais ces deux vies, inférieure et mineure, passive et impassive, proviennent d'un pur Esprit et elles sont intimement liées, ce que prouve l'addition du Ternaire et du Quaternaire, dont la somme est le Septénaire, nombre de l'Esprit majeur dont elles émanent.

L'Octénaire, nombre de la double puissance divine » est formée de 1 + 3 + 4 et l'Unité ne se joint au Ternaire que pour former avec le Quaternaire le nombre de la double puissance.

Le Nonaire, formé par la « jonction du Quinaire, nombre imparfait et corruptible, et du Quaternaire, nombre parfait et incorruptible, est le nombre de la subdivision des essences spiritueuses de la matière et de celle des essences spirituelles divines ». En faisant cette jonction l'homme dégrade sa puissance spirituelle divine en la rendant spiritue11e démoniaque ».

Enfin, si l'on considère isolément les chiffres exprimant certains nombres, si, les prenant pour leur valeur propre, on les multiplie ou les additionne, on obtient ainsi d'autres· nombres représentés par des chiffres qui sont une autre révélation.

Par exemple, en multipliant le Ternaire par le Quaternaire, « qui se trouve exactement dans les mondes terrestre, céleste et surcéleste », on a pour produit 12, dont les chiffres additionnés (1 +2) donnent 3, « ce qui prouve que la forme corporelle de tous les êtres existants dans ces mondes provient des trois principes : « Soufre=Feu, Sel=Eau, Mercure=Terre ».

Si l'on multiplie le nombre des sept étoiles composant chacune des constellations innombrables répandues entre les sept cercles planétaires par le nombre des sept vertus inhérentes à chacune de ces petites étoiles ou « signes ordinaires planétaires, le produit est 49, dont les chiffres additionnés (4 + 9) donnent 13 ; or ce nombre est exprimé par un 1 et un 3, dont la somme est 4 ou le Quaternaire.

L'addition des chiffres représentant les diverses proportions de l'Arche de Noé, soit 300 coudées de longueur, 50 de largeur, 30 de hauteur, produit 380, c'est-à-dire 3 + 8 = 11, nombre de tout espèce de forme corporelle, complète, analogue au corps terrestre », d'où il ressort avec évidence que l'Arche était l'image de la terre.

En joignant le Quaternaire au nombre 12, produit du « quaternaire de 3 », on trouve le nombre 16, c'est-à-dire 1+ 6 = 7, « produit spirituel qui te prouve que rien n'existe et ne peut exister que par l'Esprit et qui te prouve en même temps que ton émanation est spirituelle ».

Enfin, en ajoutant au Dénaire la série des nombres qu'il comprend, c'est-à-dire 10 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 + 1, on obtient le nombre 55, que l'on peut lire 5 et 5, qui annonce la division du Dénaire en deux nombres quinaires et démoniaques.

En effet, la prévarication des premiers Esprits est d'avoir voulu diviser et subdiviser la quatriple essence divine et cela par leur propre faculté spirituelle,

ils ne trouvèrent ni l'Unité Quaternaire ni l'Unité Dénaire pure et simple, mais seulement deux nombres quinaires au lieu et place du Dénaire qu'il voulait mettre en leur possession et en leur pouvoir.

Fin de ce Chapitre