2 - LA RECONCILIATION INITIATIQUE ET MYSTIQUE

PREFACE

J'ai souhaité rappeler qu'en Mai 2017 j'avais mis à la disposition des Frères un exposé sur la Réconciliation, le troisième temps du Mineur Spirituel. Je veux profiter de ce jour où nous pouvons nous retrouver et partager notre sentiment d'appartenir spirituellement à une communauté d'esprit dans ce cadre bienfaisant que nous soyons réunis pour vous instruire de ce qu'écrivait Jean Baptiste Willermoz à Frédéric Rodolphe Saltzmann (1749-1821) sur l'Initiation. Le Banquet d'Ordre de la Saint Jean d'Hiver n'est pas seulement une réunion alimentaire, il est l'annonce tous les ans de la naissance du Christ Réparateur et de la confirmation de la parole de Dieu et de l'incarnation du Verbe en son fils chéri. Et de la possibilité pour chaque être de se réconcilier avec la parole divine dans la justice et la clémence montré au nouvel apprenti dans sa réception.

L'Enseignement rectifié est une source Anthropologique et Ontologique objective qui transmet le ou les témoignages de l'histoire humaine constituant la nature primitive qui n'a que comme seule vocation de retrouver sa nature divine. J'ai choisi d'éveiller vos esprits par des transmissions invisibles pour la Maçonnerie Traditionnelle car totalement déchristianisée. Alors que la Maçonnerie Ecossaise Rectifiée est offerte aux « Hommes de Désir » justement pour réparer cette dénaturation apocryphe et redonner un sens, une histoire, une partie de la lumière invisible que chaque être a en lui mais dont il ne connait pas véritablement la Foi, L'Espérance et la Charité.

La facilité serait de laisser les hommes de matière dans les ténèbres et de les faire tomber dans un imaginaire polythéiste où inévitablement il prendrait un chemin condamné pour se perdre définitivement et se retrouver parmi les réprouvés *. (Abandonner quelqu'un au sens réprouvé, à son sens réprouvé, le laisser dans l'erreur, à cause de son obstination).

Alors, la Bienfaisance et la Bienveillance exprimées par l'amour vers l'autre étant les vertus que le Christ a laissé dans nos âmes « aimez-vous comme je vous ai aimé », il m'a paru nécessaire sans parler d'évidence, de vous offrir mes Biens Aimés Frères ou la véritable initiation nous éveille si tel est la volonté de chaque Frère rectifié.

Parallèlement, cela ne les dispense pas d'étudier et de nous dire la compréhension des symboles mis devant eux dans la loge à chaque grade, car comme vous devez le savoir, chacune de nos âmes à notre Mort devra traverser les Sept Cercles préalable au retour à l'immensité divine. Il faut le comprendre comme un médicament obligé, mais comment comprendre un symbole si la racine divine est invisible, comment comprendre le germe intérieur laissé par notre créateur dans chacune de ses créatures sans lui donner la clé de sa maison. La majorité des Frères nés dans la Maçonnerie Apocryphe, quand ils ont eu le privilège d'être reçu ou de franchir la porte du Rectifié, ils ont pour la plupart eu une « Révélation » qui leur à faire prendre conscience de leur véritable nature et combien ils devaient reconsidérer le véritable chemin qui s'offraient à eux.

Il est une évidence aussi que cet enseignement peut déstabiliser le Frère par sa novation, par sa vérité confirmée par de nombreux textes initiatiques ou métaphysiques, et cette transmission est une offrande à l'intelligence humaine et le contraire d'une dogmatique imposée. Mais s'inscrire en Maçonnerie par le Serment porté sur l'Évangile de Saint Jean est-il dénué de sens ou de vertus ?

Nous tous qui sommes réunis ici en ce lieu bénis et sacré, ne sommes-nous pas ici pour comprendre qui nous sommes, pourquoi nous a t il fait à son image et à sa ressemblance et pourquoi nous l'avons perdu par la trahison de notre père, le 1er Adam.

Comment espérer une Réintégration sans adhérer à ses principes et à ses lois, vouloir combattre où s'opposer de nouveau par un prosélytisme volontaire est comme profaner de nouveau comme l'Adam les vertus inscrites dans notre Temple intérieur.

Nous sommes des Mineurs trinitaires et notre quête est de retrouver notre dimension de Mineur Spirituel « Quaternaire », s'égarer sur une voie apocryphe reproduira les mêmes effets. Ne l'oublier pas, l'histoire se répète car le malin qui nous habité y veille en permanence.

Alors Willermoz écrivait ceci : L'Initiation instruit le Maçon, éprouve l'homme de désir, de l'origine et dans la formation de l'univers physique, de sa destination et de la cause occasionnelle de sa création, dans un tel moment et non un autre. De l'émanation et de l'émancipation de l'homme est sortie une forme glorieuse et de sa destination sublime au centre des Choses Créées ; de sa prévarication, de sa chute, du bienfait et de la nécessité absolue de l'incarnation du Verbe même pour sa Rédemption. (Cahier D 5ème)

Toutes ces choses ont bien existé bien que la plupart de ces connaissances ont été oubliées par les traditions religieuses écrites et celles plus secrètes qui ne le sont pas, formant l'essentiel de la doctrine de la Réintégration. Et qui ont été abandonnée ou perdues par l'institution ecclésiale, depuis le VIème siècle.

Indication qui sera redite à plusieurs reprises sous la plume de Willermoz en partie et plus tard dans l'instruction du Rituel du 5ème grade d'Écuyer Novice du Régime Ecossais Rectifié, pour autant que ceux qui l'utilise s'en soit procuré la bonne version originale et non pas une pâle copie vendue dans certaines boutiques.

Alors toutes ces choses desquelles dérivent un sentiment profond d'amour et de confiance, de crainte et de respect et de vive reconnaissance de la créature pour son Créateur, ont été entre autres parfaitement connus des Chefs de l'Église occidentale et orientale pendant les quatre ou six premiers siècles du Christianisme. Mais depuis lors elles se sont successivement perdues ou effacées à un tel point qu'aujourd'hui les ministres de la religion traitent de novateur toux ceux qui soutienne la vérité. Puisque cette Initiation a pour objet de rétablir, conserver et propager une doctrine si lumineuse qui y est spécialement consacré.

Je veux insister et affirmer que ce que vous allez entendre n'est pas une opposition, un combat de nature idéaliste ou uchronique ou philosophique, envers des croyances polythéistes qui ignore la notion de déviance doctrinale. Nous sommes réunis ici en ce lieu car nous sommes des Chrétiens de toute confession et respectueux de l'idée de divinité liée à celle de l'unicité, comme l'atteste l'ordre intime de Dieu à Moïse en lui remettant les tables de la Loi. Il est important d'écarter dans votre recherche intérieure reliée au souffle divin, tous les polythéismes antique, égyptien, babylonien, assyrien, sadducéen, grec, étrusque, romain, celte etc.

La plupart des sciences arbitraires en sont issues et font correspondre ses divinités ou croyances avec celle des autres sociétés dites apocryphes et initiatiques en important des Dieux étrangers dans leur Panthéon.

Les Sciences arbitraires utilement nommées par Jean Baptiste Willermoz sont nourries et guidées par les Esprits démoniaques dont l'origine remonte à la source de notre humanité. En effet, bannis et séparés de l'esprit divin, ils ne cessent de détourner l'homme et sa dimension spirituelle pour tenter de reproduire ce qu'ils ont perdus avant leur crime, ils étaient initialement des purs esprits spirituels divins émanés par notre créateur pour remplir ses lois et ses principes.

Il n'y a que dans le camp de l'Éternel que le Mineur déchu peut espérer après un temps d'Expiation, de Purification, d'engager sa Réconciliation temporelle pour favoriser lorsque sa dissolution ternaire sera opérée, le retour vers sa dimension originale. L'âme passive et immortelle qui lui a été conservée est le germe ayant conservé le sceau de son ancienne condition spirituelle lors de sa chute matérielle.

Cette âme passive invisible redevient active afin de pouvoir engager sa remontée vers le lieu d'où elle a chuté. Plus elle remonte, plus elle redevient pur esprit et disparaît dans le sein de l'immensité divine. Celui qui ne veut pas ou prétend croire à un autre chemin en dehors de cette intégration construite dans sa Foi divine, ira végéter dans l'axe central avec les Esprits inférieurs, le temps nécessaire à sa Réconciliation.

La Réconciliation est le stade préparatoire et obligatoire de la régénération et non celle d'une réincarnation polythéiste. Le retour du Mineur dans le surcéleste où il se verra réintégré dans ses premières propriétés, vertus et puissances spirituelles divines, celle-là même accordées à Adam au moment de son émanation ; elle ne sera le partage que de ceux d'entre les Mineurs spirituels qui auront été préalablement réconciliés ; c'est à dire remis en communication avec la divinité et sortis de l'état de privation où la chute du Premier homme a plongé toute sa postérité.

La Réconciliation commence au cercle sensible ou cercle mineur, séjour de l'homme déchu sur la terre. Elle s'achève après la mort terrestre du Mineur dans le cercle visuel ou cercle intellectuel, demeure des Esprits qui lui communiquaient pendant sa vie temporelle « l'intellect bon » ou « l'intellect mauvais ». En effet, il ne suffit pas pour la réintégration des êtres réconciliés que le temps qu'ils actionnent et opèrent dans le cercle sensible terrestre. Il faut de toute nécessité qu'ils actionnent spirituellement dans tous les espaces du cercle universel jusqu'à ce qu'ils aient fini le cours que le Créateur a fixé aux Mineurs en les émanant de lui et en les émancipant de son immensité divine.

Après cette transformation, (ou transmutation selon le terme employé) dans le Mineur parvient dans le Cercle opérationnel ou Cercle majeur, où résident les Esprits Septénaires ; il y repose à l'ombre sous la protection de la Réconciliation divine, ayant recouvré l'état d'Adam innocent. C'est ce qu'indique le symbole de l'Arche de NOE : les Mineurs raisonnables et doués de raison divine, qui étaient enfermés dans l'arche et le temps qu'ils restèrent en privation de la lumière élémentaire nous figurent la retraite des Mineurs réconciliés et des Justes sous les ombres de la grande lumière où ils reposeront effectivement un espace de temps dans l'attente, n'ayant plus en eux à opérer aucune action temporelle. Faut-il rappeler si besoin que l'âme passive immortelle redevenant âme active par la dissolution ternaire n'est pas son maître d'œuvre lui permettant de faire ce que bon lui semblera.

Ainsi rétabli dans sa dignité originelle, après avoir payé son tribut à la justice divine par ses différents cours d'opération dans les trois cercles sensible, visuel et rationnel, le Mineur attend la fin des temps, c'est à dire l'anéantissement final des mondes retournant à la source dont ils furent émanés, révolution au cours de laquelle le « Premier Homme et sa postérité seront réintégrés dans le Cercle Divin ».

Cette Réintégration définitive, qui équivaut à la disparition de toute existence objective et individuelle, présente pour le Mineur beaucoup moins d'intérêt que celle qui l'a ramené d'abord dans le Cercle Majeur, puisque cette dernière constitue la somme de félicité que peut se promettre le Mineur Spirituel. Elle est donc le but logique de son activité ici-bas et, comme elle a pour condition nécessaire et pour gage la Réconciliation, c'est à celle-ci qu'il doit consacrer toute son attention et tous ses soins.

Alors, je vais apporter un nouvel éclairage à ceux encore soumis aux sciences arbitraires en vous enseignant le premier stade de la Réconciliation, celui qui a pour théâtre le Cercle sensible et s'accomplit ainsi pendant la vie terrestre. Il peut avoir pour signe la manifestation d'un être spirituel qui révèle sa présence par des sensations telles que tremblement, chair de poule, bruits inhabituels, visions nocturnes, voies externes, lueurs colorées et affectant des formes plus ou moins nettes. Mais attention, faut-il encore savoir recevoir cette manifestation et ne pas se tromper sur la source divine ou démoniaque. L'être surnaturel qui annonce ainsi au Mineur Spirituel qu'il est sorti de son état de privation, s'appelle le Réconciliateur.

Le rôle du Réconciliateur peut être joué par des êtres d'essences différentes.

Ce fut d'abord un Être Spirituel Majeur que l'Éternel envoya auprès des Patriarches et dont ils ne pouvaient deviner la nature que par les différentes opérations spirituelles que cet Esprit opérait lui-même au milieu de ces Mineurs Réconciliés et non encore Régénérés.

Les Patriarches, après leur régénération sont devenus à leur tour Réconciliateurs, particulièrement ceux qui comme Abraham, Isaac, Jacob avaient été pendant leurs vies terrestres en communication avec la divinité par l'intermédiaire d'un envoyé céleste et auxquels l'Éternel avait donné la double puissance accordée primitivement à Adam pour triompher des Esprits prévaricateurs. Le vrai Réconciliateur étant un esprit majeur ou Être de double puissance, qui aura éternellement à opérer ses facultés puissantes dans les différentes classes où seront placés les premiers et les derniers sanctifiés et réconciliés.

Par leur opération, les Réconciliateurs quels qu'ils soient font savoir à l'opérant qu'il est bien un Mineur Spirituel et lui transmettent en même temps les dons qu'ils ont reçus de l'Éternel ou pour employer le terme mystique, ils lui impriment le « sceau de la sanctification » qui invisible à l'homme ternaire et corporel, est pourtant l'action temporelle de réconciliation, et faute duquel aucun Mineur ne peut être réconcilié. Ce sceau est « l'Octénaire », le Huit mystique, nombre de la double puissance divine, nombre que le créateur a destiné aux Élus Spirituels qu'il veut favoriser et préposer à la manifestation de sa gloire, et dont les Réconciliateurs eux-mêmes sont marqués, car c'est par ce nombre qu'ont été faites toutes les réconciliations successives. Je vous renvoie au Christ Jésus le dernier réconciliateur connu.

Pour clôturer cet enseignement qui est issue de la « Doctrine des Élus Cohen dite de Moïse » et qui nourrit celle de notre Régime Ecossais Rectifié, il faut savoir que tout mystique cherche par définition, à entrer en rapports avec le monde transcendant, mais, de même qu'il y a dans les relations que l'homme entretient avec le divin un Culte de latrie et un Culte de dulie, (Le culte de dulie est, pour l'Église catholique romaine, le culte réservé aux saints, par opposition au culte de latrie, réservé à Dieu, et au culte d'hyperdulie pour signifier l'adoration due exclusivement à la Sainte Trinité ).

Il existe un mysticisme extatique, qui s'élance tout droit vers Dieu et le Martinisme Originel de Saint Martin orienté par la doctrine de Jacob Boehme en est une source vérifiée.

Il existe un mysticisme théurgique, qui s'adresse à lui par l'intermédiaire de puissances secondaires, d'Esprit subordonnés à la Cause première, tels sont les opérations du Traité de la Réintégration pratiquées par le Culte des Cohen dans les Opérations Équinoxiales.

Mes Très Chers Frères, je vais conclure sur ces mots et vous pourrez y revenir dans l'Épitomé N° 73 (7+3) de Décembre 2020 où vous aurez l'intégralité de ce discours avec une annexe sur les termes : EMANE, EMANCIPE, CREE.

                                  ANNEXE I - In Extenso

Je rajouterais la réponse à la question qui m'a été posée la dernière fois car elle implicite et complémentaire de cette instruction : Emanés, Emancipés, Créés.

Les êtres spirituels divins « émanés » directement de Dieu et qui étaient présents dans la divinité comme le séminal de la reproduction des Formes est inné dans les différents organismes qui composent l'univers matériel, ils sont réels et impérissables, c'est à dire ont une existence personnelle, absolue et éternelle ; ils existent dans le Cercle de l'immensité divine.

Certains chefs spirituels divins prévariquèrent en abusant de la liberté que Dieu leur avait accordée. Dieu avait laissé les êtres émanés libres d'agir conformément à leurs pensées et à leurs volontés particulières, car il faut comprendre qu'il n'est point en lui de lire dans les causes secondes ni d'en empêcher l'action, sans déroger à sa propre existence d'Être nécessaire et à sa puissance divine. Dieu ne peut lire dans la pensée que lorsqu'elle est conçue et ne peut détruire la volonté des êtres spirituels. Poussés par l'orgueil, ils voulurent émanés des êtres qui ne dépendraient qu'eux. Ils ont donc empiété ainsi sur la toute-puissance divine en prétendant donner naissance par leur propre puissance aux causes troisièmes et quatrièmes ; rappelant que la cause première et seconde est détenue par Dieu lui-même. Cette première faute dans l'immensité divine eut trois conséquences.

La création du monde matériel pour être un lieu fixe où ces esprits pervers pourraient agir mais sans plus aucune connexion avec Dieu ni l'immensité divine. Ils sont en privation et leur malice devient la borne de leurs opérations mauvaises. Dans cette prison, les esprits déchus furent « émancipés » pour rester libre dans le domaine qui leur était assigné.

Ensuite, Dieu émana le Mineur Spirituel que l'on nomme Adam ou Premier Père et que les Cohen nomment « Réaux ou Roux » signifiant « Homme Dieu ».

Cet être spirituel est pourvu de trois dons, la pensée, l'image et la ressemblance du créateur. Il était destiné à s'opposer au mauvais esprit ou démon pour le contenir ou le combattre dans le Surcéleste et il était pourvu de la même puissance que les premiers esprits quoique émané après eux et il devient leur supérieur.

Comme la 1ère prévarication des esprits arriva avant que les Mineurs fussent émanés, ils ne purent recevoir aucune souillure ni aucune contagion. Ils héritèrent de la puissance quaternaire dite autorité sur les esprits, ces Mineurs étant purs et émanés du sein de la divinité. Mais l'homme Dieu jouissant comme les 1er esprits émanés de son libre arbitre, il abusa de son privilège. Son orgueil que Dieu lui avait accordé, lui donna envie de la même création que celle du créateur. Les esprits démoniaques en eurent connaissance et l'un d'entre eux se présenta à lui sous une forme glorieuse apparente et le persuada d'opérer la science démoniaque à la place de la science divine et l'encouragea à opérer une création. Mais si Adam avait en lui un acte de pouvoir de création de postérité de forme spirituelle c'est à dire de forme glorieuse, il ne pouvait l'activer sans la coopération du Créateur. A peine s'est il lancé dans cette opération

bien que l'idée lui ait été suggérée par les esprits pervers, il en découla que celle-ci a été plus considérable puisqu'elle était opposée à la volonté du créateur et soumise aux esprits pervers puisqu'ils n'avaient pas eu le temps de le faire avant d'être chassés de l'immensité divine.

Cet acte fut doublement puni, par le résultat de l'acte criminel mais aussi par le changement d'état du coupable. Dieu enferma la forme de matière créé par Adam un être mineur, en effet Adam produit une forme ténébreuse matérielle qu'il appela « Houwa » ou « Hommesse », c'est à dire mystiquement « chair de ma chair », ouvrage de mon opération conçue par l'œuvre de mes mains souillées. La « Création » étant elle souillée par sa nature et purement temporelle et pour la Genèse de la Bible Hébraïque (5ème - 2ème avant notre ère) issue de l'homme, le Nouveau Testament ayant été édité en +364 après le Concile de Laodicée sans l'apocalypse de Jean, ce serait Dieu qui aurait décidé d'extraire de la cuisse du corps glorieux d'Adam, un être androgyne dont la nature n'est pas définie!. Selon le Traité de Pasqually, le créateur laissa subsister l'ouvrage impur du Mineur pour qu'il fut molesté de génération en génération et pour un temps immémorial, ayant toujours devant les yeux l'image de son crime et ceci afin que sa postérité endure jusqu'à la fin des siècles les peines et les misères de manière qu'elle se souvienne que ses souffrances ne viennent pas du créateur mais bien du premier père, créateur de matière impure et passive.

Et dans l'Anthropologie de notre histoire humaine et divine, nombreux sont les témoignages sur les attaques des esprits démoniaques, Adam pour débuter puis Caïn, Jacob, Nemrod, les Quatre Mages d'Égypte, et bien d'autres encore. Mais en contrepartie, beaucoup d'anges envoyés par le créateur se sont aussi manifestés tel que Énoch et pas le fils de Caïn Hénoch avec un H, Noé et ses fils dépositaires dont Sem pour la Tradition Primordiale, dont Japhet pour la Tradition Noachite, pour Cham le troisième la Tradition Caïnite s'étant laissé abusé par l'esprit démoniaque, Abraham, Isaac, Melchisédech, David, Salomon, Zorobabel etc. D'où la confirmation que Houwa ou Hommesse fut créée de l'homme et non émané ou émancipé du créateur. Prisonnier de cette forme matérielle, Adam dut habiter cette terre sur laquelle il régnait avant, il fut assujetti comme un être purement spirituel temporel composé d'un corps et d'une âme passive sujet au temps et à la mort. La forme qu'il avait créée lui servit à perpétuer la race des Mineurs déchus, car condamné à se reproduire par la matière ne pouvant plus faire usage des essences spiritueuses matérielles pour sa reproduction.