19 - LA TRADITION D'AMOUR


ENSEIGNEMENT SUR LA FOI MYSTIQUE

« PORTER PARMI LES AUTRES HOMMES LES VERTUS DONT VOUS AVEZ JURE DE DONNER L'EXEMPLE »

Ce sujet est tellement important qu'il détermine un des éléments fondamentaux entre la Maçonnerie universelle qui véhicule des symboles traditionnels et maçonniques dont la source est le compagnonnage, et qui au fil du temps a effacé progressivement les sources chrétiennes et la Maçonnerie Ecossaise Rectifiée et Chevaleresque qui a pour vocation de revenir aux sources du Christianisme Primitif. Il est une évidence que dans le siècle des Lumières, notre Régime n'a pas pu rectifier la Maçonnerie traditionnelle. Et que la Révolution Française de 1789, sept ans après Wilhemsbad n'a pas favorisé pour l'époque.

Le Rit Ecossais Rectifié qui sous la volonté de Jean Baptiste WILLERMOZ associé aux Frères de Lyon et de Strasbourg, nourrie par la doctrine de MARTINES DE PASQUALLY né Jacques Noble Loryon à Grenoble en 1710* et proche par la pensée de Louis Claude de St MARTIN ont construit notre Rite Ecossais Rectifié de la classe maçonnique sur la métaphore du Temple de SALOMON. Celle-ci prend sa force dans l'ancien testament et où nos fondateurs inspirés ont introduit les essences du christianisme primitif afin de pouvoir offrir dès le 1er jour de sa réception à l'apprenti le chemin vertueux de l'ancien testament à l'évangile de St Jean.

Il me semblait important avant de vous décrire ma réflexion sur le sujet de ce jour, de revenir sur la différence entre les Vertus théologales ciment de notre Rit et les vertus cardinales symboles maçonniques.

Si nous considérons que nous sommes chrétiens, que notre quête initiatique a pour objet de reconstruire notre Temple Intérieur pour espérer réédifier notre corps de lumière et reprendre notre place auprès de notre seigneur Jésus Christ, nos vertus principales sont :

« TRINITAIRE, THÉOLOGALE et NEO TESTAMENTAIRE »

Nous devons maitriser « LE CORPUS (chaos de la dimension humaine) », puis comprendre « l' ANIMA » (âme passive du mineur déchu) pour renouer le dialogue par notre voie cardiaque afin d'espérer redonner à notre« SPIRITUS » (perpendiculaire de la loi divine) les clés de notre aboutissement spirituel.

Notre RIT est essentiellement initiatique et métaphysique.

Quant aux vertus cardinales, elles ne sont que le supplétif maçonnique et exotérique de nos travaux en maçonnerie afin de nous guider dans les travaux et le polissage de notre pierre brute comme des bornes qui déterminent les axes du temple à rassembler.

C'est pourquoi lorsque vous examiner la phrase « Porter parmi les autres hommes : on indique aux Frères que le souffle divin que nous devons réveiller dans le secret et les symboles de nos travaux doit être le support chrétien de nos actes profanes par et dans : « Les Vertus dont vous avez juré de donner l'exemple ».

Nos actes dans le monde profane sont exotériques par nature puisque hors du sacré de nos symboles et de notre dimension humaine et divine, il est en notre pouvoir de mesurer si nos actes de vie sont en harmonie avec nos serments et notre FOI chrétienne.

Ceci précisé, je vais essayer de vous décrire comment je pense que la FOI dans notre Rit peut s'exprimer, et je parle de la FOI chrétienne issue de la Tradition d'Amour et pas de la FOI personnelle qui s'exprime souvent par défaut sur les fondements de la vie matérielle.

La FOI comme expression spirituelle ou tradition de vie et d'amour dans le système maçonnique écossais rectifié à une démarche singulière pour ceux qui parmi nous veulent comprendre, progresser, apprendre, reconstruire leur temple intérieur.

Sans cette FOI, je pense qu'ils se perdront dans le labyrinthe de l'esprit de DIEU et ils seront crucifiés symboliquement sur la branche de l'arbre généalogique des religions qui nous enseignent les vertus de notre dimension.

Cette FOI regroupe et véhicule toute la sémantique traditionnelle de nos serments et engagements que nous avons tous prêtés en rentrant dans ce lieu que nous appelons « LOGE DE ST JEAN » là encore nous nous démarquons de la Maçonnerie traditionnelle, et quel que soit l'époque où l'homme a évolué de tous temps, la chute du 1er Adam a projeté l'homme dans les ténèbres temporels et sans cette FOI salvatrice, il se perdra de nouveau pour toujours sans retrouver le chemin qu'il a pris pour descendre.

Dans mes voyages maçonniques en qualité d'observateur attentif beaucoup de nos Frères croient, soit que ces symboles et engagements sont désuets, décalés par rapport au temps où ils sont, soit étranger à la doctrine chrétienne qui les soutient. Mais sans partie pris ni volonté de provoquer, je pense que c'est tout le contraire, ces traditions sont le seul lien qui les rapproche de celui qui a créé l'homme à son image et selon sa ressemblance et qui nous permet aujourd'hui de nous différencier des êtres binaires qui nous entourent; l'espace mis à notre disposition est un formidable réceptacle évangélique, il suffit d'en comprendre la clé. Et une partie de cette clé se trouve dans la Genèse et la création du monde céleste avant la création du monde terrestre par DIEU notre père et le germe divin qu'il a laissé en chacun de nous.

Et sans faire de transition facile, beaucoup d'hommes malheureusement s'inscrivent dans ce concept primitif matériel car ils ont perdu la FOI en eux et en notre DIEU créateur de toutes choses ;

Mais ce qui est le plus important dans ce qui nous rassemble aujourd'hui dans la FOI MYSTIQUE au Rectifié c'est sa réelle dimension que je nomme la : Véritable Tradition d'Amour », celle qui unifie le haut et le bas, celle qui refuse l'antagonisme des oppositions formelles.

C'est dans la gnose chrétienne et à ses sources qu'il faut la rechercher et la suivre pas à pas jusqu'aux ordres chevaleresques qui l'ont apprivoisé.

Les ordres gnostiques qui sont le ciment de nos ordres chrétiens, ne sont que les enveloppes doctrinales et aucun ordre ne peut se développer sans les vertus essentielles du christianisme primitif dont est issue la vertu théologale de la Charité.

Tout au long de la doctrine rectifiée et de son instruction, la tradition amour est visible ou invisible et revient comme un leitmotiv.

Pour appuyer cette réflexion, je vous cite ce passage de notre TRF Eques ab Rosa Mystica :

« Observons donc en premier lieu qu'il existe dans le Rite, un équilibre entre l'aspect symbolique et doctrinal et l'aspect caritatif, équilibre qui permet à qui l'observe avec prudence et discernement de rester en selle tout au long de l'aventure rituelle, sans tomber dans l'excès imaginatif et cérébral ou dans l'excès inverse d'un sentimentalisme exacerbé ;

Cet équilibre reflète la « forme divine du Maître » :

Sous son aspect solaire, le Christ a deux attributs essentiels : la lumière et la chaleur, la lumière de la sagesse et la chaleur de l'amour, les deux attributs qui président à la création comme à la révélation.

Le Christ se montre à nous comme l'Intelligence universelle qui conçoit tous les êtres en les illuminant de son Etre, et comme l'Amour Infini qui donne la vie et dont le brasier (périt ut vivat), absorbant tous ces Etres, les ramène à l'unité.

La Foi et la Doctrine ne verse pas dans un sentimentalisme humanitaire, car celui-ci n'a pas accès au Royaume du Christ.

Car si Dieu est Amour et Charité, tout amour n'est pas DIEU....

Et la communauté des Initiés n'est pas un lieu profane d'aide sociale ou de bienfaisance au sens premier du terme mais plutôt un espace de fraternité bienfaisante et agissante contre les dégâts de la vie profane.

Ces mots dans le désordre peuvent paraître dur, mais ils ne le sont pas, ce que nous enseigne le RIT ECOSSAIS RECTIFIE né dans l'évangile de St Jean, il nous dit que sauver un autre humain est déjà beaucoup, en sauvez plusieurs est un sacerdoce, et une charité éclairée est une charité bien ordonnée et bien ciblée et non pas un brasier verbal qui ne produit rien ou si peu.( renvoi au discours sur la Bienfaisance de Henri de Virieu)

Que vaudrait une chevalerie chrétienne qui ferait fi de ses paroles :

Ma chair est donnée pour la vie du monde, je vous donne un commandement nouveau : « c'est de vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés ».

Moi en eux et Toi en moi, afin qu'ils soient parfaitement Un et que tout le monde reconnaisse que c'est Toi qui m'a envoyé et que tu les aimes comme tu m'as aimé.

Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons nos Frères.

Ce long passage illustre une réflexion construite, la FOI est cet état de permanence, la source intarissable qui traduit la compréhension des symboles où nous devons évoluer dans notre quête initiatique.

Je rappellerai quelques vérités fondamentales de nos symboles et maximes qui nous donnent les matériaux spirituels pour construire notre FOI.

D'abord rappelons-nous que nous sommes dans un RITE néo- testamentaire, que notre véhicule Maçonnique nous indique que les vertus théologales sont notre ciment spirituel et permanent pour vivre notre FOI et que les vertus cardinales sont l'édifice maçonnique qui balise le chemin à parcourir.

Ces vertus comprises sont là pour agir sur notre FOI, la nourrir, lui permettre d'être agissante dans notre espace trinitaire.

Il faut comprendre la doctrine rectifiée pour la vivre pleinement, si la Maçonnerie est universelle dans ses fondements, elle puise ses sources sur l'histoire du Christianisme Primitif non pas pour le dénaturer mais pour en reprendre les paroles sacrées et sacerdotales, car si tous les ordres ont eu leurs dérives et leurs perversions, ils ont tous été construits sur un principe fondamental et indivisible, la croyance en un être suprême, créateur de toutes choses.

On ne demande pas au nouvel initié d'être un croyant sûr de lui, sur de sa foi, sinon sa place ne serait pas parmi nous, que pourrions-nous apporter à celui qui ne doute pas, qui est sûr de ces maximes, et de ses croyances, bien au contraire.

Celui qui est reçu parmi nous vient éprouver sa FOI dans un esprit et un comportement que ces serments qu'il a pris lui demandent de pratiquer au quotidien avec les autres hommes qu'ils rencontrent dans le même espace sacré. Ensuite de mettre en pratique l'enseignement qu'il a reçu en interne vers l'extérieur.

D'où la maxime « DE PORTER PARMI LES AUTRES HOMMES, LES VERTUS DONT VOUS AVEZ JURE DE DONNER L'EXEMPLE....

Ses premiers pas au grade d'apprenti dans la JUSTICE et la CLÉMENCE, sont alignés sur les notions de CHERCHANT - PERSÉVÉRANT -SOUFFRANT ce qui n'est pas rien venant du monde profane et démontre l'immense travail à engager sur soi-même, puis dans les autres grades car au RECTIFIE il n'y a pas de cassure ni de rupture entre les grades mais une continuité intangible de pratiquer son travail en polissant sa dimension humaine dans le grade d'Apprenti afin d'engager sa première réédification, puis dans les symboles du Compagnon comprendre le Miroir dans l'Image et Ressemblance et enfin de parfaire son premier stade initiatique de véritable Maçon Franc et Rectifié dans les symboles du Maître. Mais ce n'est qu'au grade de Maître Ecossais de Saint André que toutes les vertus rassemblées sont expliquées au Frère et que le lien qui unissait l'ancien testament au nouveau testament prend fin pour donner au Verbe incréé du nouveau testament toute sa dimension chrétienne et eucharistique.

Ses maximes et principes sont trop délaissés par bon nombre de Frères ou ne veulent encore rien dire pour la plupart d'entre eux s'ils ne sont pas pénétrés et soutenus en permanence par les vertus théologales de notre rite que sont :

- La FOI dans l'homme et dans sa compassion à l'égard de l'autre, celui qui s'aime et pratique cet amour permanent peut construire sa démarche sereinement car il faut d'abord s'accepter et se reconstruire pour mieux se rapprocher de l'image immortelle de DIEU, profession de foi maintes fois répétés dans notre Rite et recommencer tous les jours à s'éprouver dans cette attitude courageuse mais indispensable à notre élévation,

- L'ESPERANCE dans l'homme et la perspective de son évolution et de sa compréhension dans l'espace où il est positionné et comprendre, interpréter et appliquer les maximes que le Rite nous donne pour nous améliorer et nous réédifier dans le sacerdoce du Christ,

- La CHARITE dans l'homme que nous construisons afin qu'il vienne vers son Frère empreint de bienfaisance mais une bienfaisance vivifiante et pas compatissante qui n'aurait que pour but de laisser croire à celui qui reçoit l'acte charitable que sa condition est irréversible et qu'il ne peut pas la pratiquer lui-même mais recevoir sans cesse de l'autre.

Il est évidemment difficile de parcourir ce terrain qui est la FOI MYSTIQUE car cette FOI verticale et transcendante ne se partage pas, elle est une et indivisible, elle ne se partage qu'avec celui qui la créé et qui l'a incréé dans une partie de notre conscient et de notre inconscient mais en nous obligeant à la nourrir toute notre vie.

N'oublions pas que dans les 3 premiers grades, nous devons comprendre l'ancien testament, ses richesses, ses dérives, ses fondements et la prévarication du 1er Adam.

Quand nous faisons prêter serment au profane au grade d'apprenti, on lui dit qu'il prête serment sur la BIBLE ouverte à l'évangile de ST JEAN et on lui demande « le croyez-vous », le VM vient d'éprouver pour la 1ère fois, la FOI de l'impétrant qui a les yeux bandés, qui a été dépouillé de ses métaux et qui vient de subir les voyages et les épreuves afin d'éprouver celui qui est reçu dans ce qu'il a de plus intime, sa FOI.

Quand il arrive à la fin de la réception, on le renvoi à l'occident et on lui rappelle que si à l'Orient, le VM ouvre et ferme les travaux à l'évangile de ST JEAN, tous les symboles mis à sa disposition avec le symbole majeur du 1er tableau ADHUC STAT, c'est pour lui montrer que pendant les 3 premiers degrés, il doit comprendre la spiritualité de l'ancien testament avant d'approcher l' ORIENT avec assez de connaissances pour en comprendre le sens et s'inspirer de l'annonce prophétique de Saint Jean le Baptiste.

Ce n'est donc que partiellement au grade de Maître Maçon qu'il lui est expliqué la fin de la prophétie de Saint Jean Baptiste et que l'on déflore celle de Saint Jean l'Evangéliste mais c'est uniquement au 4ème grade de Maître Ecossais de Saint André que l'Evangile de Saint Jean lui sera présenté dans sa véritable annonciation et il pourra commencer sa quête initiatique dans le sanctuaire de son temple.

Je vous ai indiqué au début que nous étions dans un principe trinitaire et rappelons-nous que l'apprenti est Cherchant, Persévèrent et Souffrant, ce qui se traduit dans la trinité chrétienne par la prière « Au nom du PERE, du FILS et du ST ESPRIT » et dans le Rite Ecossais Rectifié par la maxime "CORPUS, ANIMA, SPIRITUS"

L'homme aurait pu être un ange de lumière mais sa prévarication l'a transféré dans une enveloppe charnelle, qui reposait sur un corps primitif et DIEU lui a donné la lumière de l'esprit pour qu'il comprenne le monde ou il était et la mission qui serait la sienne après la chute.

Lorsque le Frère a passé les épreuves de la Maçonnerie Symbolique, qu'il en a compris le sens, que ces Frères ont décidé de le recevoir au dernier grade de notre Rite qui je le rappelle est le seul à donner un 4ème grade et je vous dirai seulement que si le trinitaire est notre constante, le quaternaire est notre salut car il nous permet d'atteindre la dimension spirituelle indispensable à notre épanouissement dans la FOI de notre vie sur terre.

La FOI MYSTIQUE dont je viens de conter humblement le tracé rudimentaire sans en déflorer le tracé cardiaque ne peut se trouver que dans la dimension sacerdotale de notre quête initiatique et c'est la dimension chevaleresque des grades d'Ecuyer Novice et de Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte qui nous le confirme.

Mais là encore, le fait d'y arriver ne constituent pas une vérité absolue et si se hisser à cette dimension spirituelle demande beaucoup d'effort, elle en demande encore plus pour la conserver et la comprendre ;

- Ce que je veux dire mes BAFS, c'est que nous n'avons jamais finis, que nos efforts doivent être constants, que l'habit ne fait pas le moine, que les anciens dont je fais partie estiment que certains Frères sont pénétrés dès l'initiation de cette force et de cette foi et qu'il nous sera facile de leur servir de guide car la FOI est en eux et que nos Pères spirituels qui nous ont précédé nous ont appris ces principes;

- Par contre pour les autres Frères, nous serons patients, bienveillants, nous saurons attendre que le grade les révèlent à leurs véritables dimensions, car pour certains, la vie et le temps ont creusé des blessures qui les font douter de leurs propres richesses, de leurs véritables capacités de tolérance et de bienfaisance et ces vertus sont indispensables pour les aider à retrouver leurs vrais places parmi nous;

- Mais je le dis avec amour fraternel, pour ceux qui se laissent porter, ceux qui oublient leurs serments, qui pratiquent l'orgueil, la vanité, l'opprobre à l'égard de leurs Frères et de leurs proches, ceux qui ne veulent pas faire l'effort constant pour s'élever dans cette dimension spirituelle qui leur est offerte, ceux-là sècheront sur la branche et ils ne trouveront pas la lumière et ils seront comme dans le banquet de Platon enchainés dans l'obscurité toute leurs vies et personne ne peut vouloir cela à son Frère;

Pour certains d'entre vous, les mots de ce discours paraîtront forts, exagérés, surdimensionnés, je suis bien évidement d'un point de vue différent et je confirme que je suis également un pêcheur cherchant comme vous, et je vous rappellerais que le manteau confortable de la société dans laquelle nous vivons n'est qu'illusion et que toutes les périodes ont eu leurs guerres, leurs famines, leurs crimes, leurs dérives.

Méditer sur les cycles des 600 ans que vous trouverez dans les ouvrages des différents grades de notre Rite et qui vous expliquent le cheminement du monde.

Je conclurais ce discours pour vous dire que tout Maçon Ecossais Rectifié digne de ce nom, peut partager sa FOI dans sa dimension mystique et quand il fait don de partage de sa FOI personnelle à l'un de ses Frères car cette FOI est le bien le plus précieux qu'il accepte de partager avec son Frère, c'est lui donner un amour fraternel sans compter, se rendre disponible, lui apporter soutien et compassion.

S'il n'attend pas de retour sur ce plan, il attend de son Frère un effort minimum indispensable, pour comprendre que l'espace sacré où il a été reçu dans la tradition maçonnique, lui a permis de rencontrer des hommes sur le chemin de sa vie qui ont la vocation d'être ses Frères par leurs serments, qu'il doit donc relever la tête, qu'il doit essayer par tous les moyens de se reconstruire, que cette 2ème chance qui lui est donnée ne soit pas banalisée, ne soit pas galvaudée, que ces serments prennent leurs véritables dimensions et que selon ces moyens il redevienne ce qu'il aurait dû toujours être, un homme de foi, de bienfaisance et de charité pour lui-même et pour les autres hommes.

Quand nous rentrons en Maçonnerie Écossaise Rectifiée et Chrétienne, rien n'est finis, tout ne fait que commencer mes BAFS, rappelons-nous en...