11 - CRÉATION ET EMANATION

     La Réconciliation Initiatique et Mystique

L'Enseignement rectifié est une source Anthropologique et Ontologique objective qui transmet le ou les témoignages de l'histoire humaine constituant la nature primitive qui n'a que comme seule vocation de retrouver sa nature divine. J'ai choisi d'éveiller vos esprits par des transmissions invisibles pour la Maçonnerie Traditionnelle car totalement déchristianisée. Alors que la Maçonnerie Ecossaise Rectifiée est offerte aux «Hommes de Désir » justement pour réparer cette dénaturation apocryphe et redonner un sens, une histoire, une partie de la lumière invisible que chaque être a en lui mais dont il ne connait pas véritablement la Foi, L'Espérance et la Charité.

La facilité serait de laisser les hommes de matière dans les ténèbres et de les faire tomber dans un imaginaire polythéiste où inévitablement il prendrait un chemin condamné pour se perdre définitivement et se retrouver parmi les réprouvés.

Alors, la Bienfaisance et la Bienveillance exprimées par l'amour vers l'autre étant les vertus que le Christ a laissé dans nos cœurs « aimez vous comme je vous ai aimé », il m'a parut nécessaire sans parler d'évidence, d'offrir à mes Frères des 3ème et 4ème grades ou la véritable initiation nous éveille, une partie de mes sources et de mes connaissances en toute humilité, pour qu'ils s'en approprient la Genèse si tel est leur volonté.

Parallèlement, cela ne les dispense pas d'étudier et de nous dire la compréhension des symboles mis devant eux dans la loge, c'est même un médicament obligé, mais comment comprendre un symbole si la racine divine est invisible, comment comprendre le germe intérieur laissé par notre créateur dans chacune de ses créatures sans lui donner la clé de sa maison. La majorité des Frères nés dans la Maçonnerie Apocryphe, quand ils ont eu le privilège d'être reçu ou de franchir la porte du Rectifié, ils ont pour la plupart eu une « Révélation » qui leur a faire prendre conscience de leur véritable nature et combien ils devaient reconsidérer le véritable chemin qui s'offraient à eux.

Il est une évidence aussi que cet enseignement peut déstabiliser le Frère par sa novation, par sa vérité confirmée par de nombreux textes initiatiques ou métaphysiques, et cette transmission est une offrande à l'intelligence humaine et le contraire d'une dogmatique imposée. Mais s'inscrire en Maçonnerie par le Serment porté sur l'Evangile de Saint Jean est il dénué de sens ou de vertus ? Nous tous qui sommes réunis ici en ce lieu bénis et sacré, ne sommes nous pas ici pour comprendre qui nous sommes, pourquoi nous a t il fait à son image et à sa ressemblance et pourquoi nous l'avons perdu par la trahison de notre père, le 1er Adam. Comment espérer une Réintégration sans adhérer à ses principes et à ses lois, vouloir combattre où s'opposer de nouveau par un prosélytisme volontaire est comme profaner de nouveau comme l'Adam les vertus inscrites dans notre Temple intérieur. Nous sommes des Mineurs trinitaires et notre quête est de retrouver notre dimension de Mineur Spirituel « Quaternaire », s'égarer sur une voie apocryphe reproduira les mêmes effets. Ne l'oublier pas, l'histoire se répète car le malin qui nous habité y veille en permanence.

                         « Cherchant, Persévérant, Souffrant »

SOMMAIRE

- :- :- :-

· Extrait du 3ème enseignement du Symbolisme de la « Réconciliation » écrit, exprimé et traduit de Martinés de Pasqually, Jean Baptiste Willermoz, Louis Claude de Saint Martin et reprenant les sources des premiers siècles du Christianisme Primitif

· Annexes I - in extenso : Explication sur les termes « Émané » « Émancipé » « Créé ».

· Annexes II - in extenso : Apport complémentaire par  Zacharie sur Le rejet de la Réincarnation

· Annexes III - In Extenso : Extrait sur le Livre d 'Adam

Chaque Frère peut me contacter ou me poser quelques questions s'il en éprouve le besoin, ce qui est proposé est une ouverture à l'esprit dépouillée de toute incantation dogmatique, mais seulement une transmission cardiaque en « esprit et vérité ».

Mais ne prenez pas le chemin tortueux du dogme religieux pour appréhender ces textes, ils n'en ont pas la vocation ni les vertus.

Il ne nous demande pas d'oublier mais au contraire viennent enrichir notre Foi envers celui qui seul compte à nos yeux !

Amen ++++

3ème ENSEIGNEMENT SUR LA RÉCONCILIATION

- :- :- :- :-

Avant de vous instruire de ce que vous ne voyez pas à ce degré, je veux insister et affirmer que ce que vous allez entendre n'est pas une opposition, un combat de nature idéaliste ou uchronique ou philosophique, envers des croyances polythéistes qui ignore la notion de déviance doctrinale. Nous sommes réunis ici en ce lieu car nous sommes des Chrétiens de toute confession et respectueux de l'idée de divinité liée à celle de l'unicité, comme l'atteste l'ordre intime de Dieu à Moïse en lui remettant les tables de la Loi. Il est important d'écarter dans votre recherche intérieure reliée au souffle divin, tous les polythéismes antique, égyptien, babylonien, assyrien, sadducéen, grec, étrusque, romain, celte etc. La plupart des sciences arbitraires en sont issues et font correspondre ses divinités ou croyances avec celle des autres sociétés dites apocryphes et initiatiques en important des Dieux étrangers dans leur Panthéon.

Les Sciences arbitraires utilement nommées par Jean Baptiste Willermoz sont nourries et guidées par les Esprits démoniaques dont l'origine remonte à la source de notre humanité. En effet, bannis et séparés de l'esprit divin, ils ne cessent de détourner l'homme et sa dimension spirituelle pour tenter de reproduire ce qu'ils ont perdus avant leur crime, ils étaient initialement des purs esprits spirituels divins émanés par notre créateur pour remplir ses lois et ses principes.

Il n'y a que dans le camp de l'Éternel que le Mineur déchu peut espérer après un temps d'Expiation, de Purification, engager sa Réconciliation temporelle pour favoriser lorsque sa dissolution ternaire sera opérée, le retour vers sa dimension originale. L'âme passive et immortelle qui lui a été conservée est le germe ayant conservé le sceau de son ancienne condition spirituelle lors de sa chute matérielle.

Cette âme passive invisible redevient active afin de pouvoir engager sa remontée vers le lieu d'où elle a chuté. Plus elle remonte, plus elle redevient pur esprit et disparaît dans le sein de l'immensité divine. Celui qui ne veut pas ou prétend croire à un autre chemin en dehors de cette intégration construite dans sa Foi divine, ira végéter dans l'axe central avec les Esprits inférieurs, le temps nécessaire à sa Réconciliation.

La Réconciliation est le stade préparatoire et obligatoire de la régénération et non celle d'une réincarnation polythéiste. Le retour du Mineur dans le sur-céleste où il se verra réintégré dans ses premières propriétés, vertus et puissances spirituelles, celle là même accordées à Adam au moment de son émanation ; elle ne sera le partage que de ceux d'entre les Mineurs spirituels qui auront été préalablement réconciliés ; c'est à dire remis en communication avec la divinité et sortis de l'état de privation où la chute du Premier homme a plongé toute sa postérité.

La Réconciliation commence au cercle sensible ou cercle mineur, séjour de l'homme déchu sur la terre. Elle s'achève après la mort terrestre du Mineur dans le cercle visuel ou cercle intellectuel, demeure des Esprits qui lui communiquaient pendant sa vie temporelle « l'intellect bon » ou « l'intellect mauvais ». En effet, il ne suffit pas pour la réintégration des êtres réconciliés que le temps qu'ils actionnent et opèrent dans le cercle sensible terrestre. Il faut de toute nécessité qu'ils actionnent spirituellement dans tous les espaces du cercle universel jusqu'à ce qu'ils aient fini le cours que le Créateur a fixé aux Mineurs en les émanant de lui et en les émancipant de son immensité divine.

Après cette transformation, le Mineur parvient dans le Cercle opérationnel ou Cercle majeur, où résident les Esprits Septénaires ; il y repose à l'ombre sous la protection de la Réconciliation divine, ayant recouvré l'état d'Adam innocent. C'est ce qu'indique le symbole de l'Arche de NOE : les Mineurs raisonnables et doués de raison divine, qui étaient enfermés dans l'arche et le temps qu'ils restèrent en privation de la lumière élémentaire nous figurent la retraite des Mineurs réconciliés et des Justes sous les ombres de la grande lumière où ils reposeront effectivement un espace de temps dans l'attente, n'ayant plus en eux à opérer aucune action temporelle. Faut il rappeler si besoin que l'âme passive immortelle redevenant âme active par la dissolution ternaire n'est pas son maître d'œuvre lui permettant de faire ce que bon lui semblera.

Ainsi rétabli dans sa dignité originelle, après avoir payé son tribut à la justice divine par ses différents cours d'opération dans les trois cercles sensible, visuel et rationnel, le Mineur attend la fin des temps, c'est à dire l'anéantissement final des mondes retournant à la source dont ils furent émanés, révolution au cours de laquelle le « Premier Homme et sa postérité seront réintégrés dans le Cercle Divin ».

Cette Réintégration définitive, qui équivaut à la disparition de toute existence objective et individuelle, présente pour le Mineur beaucoup moins d'intérêt que celle qui l'a ramené d'abord dans le Cercle Majeur, puisque cette dernière constitue la somme de félicité que peut se promettre le Mineur Spirituel. Elle est donc le but logique de son activité ici bas et, comme elle a pour condition nécessaire et pour gage la Réconciliation, c'est à celle-ci qu'il doit consacrer toute son attention et tous ses soins.

Alors, je vais apporter un nouvel éclairage à ceux encore soumis aux sciences arbitraires en vous enseignant le premier stade de la Réconciliation, celui qui a pour théâtre le Cercle sensible et s'accomplit ainsi pendant la vie terrestre. Il peut avoir pour signe la manifestation d'un être spirituel qui révèle sa présence par des sensations telles que tremblement, chair de poule, bruits inhabituels, visions nocturnes, voies externes, lueurs colorées et affectant des formes plus ou moins nettes. Mais attention, faut il encore savoir recevoir cette manifestation et ne pas se tromper sur la source divine ou démoniaque. L'être surnaturel qui annonce ainsi au Mineur Spirituel qu'il est sorti de son état de privation, s'appelle le Réconciliateur.

Le rôle du Réconciliateur peut être joué par des êtres d'essences différentes. Ce fut d'abord un Être Spirituel Majeur que l'Éternel envoya auprès des Patriarches et dont ils ne pouvaient deviner la nature que par les différentes opérations spirituelles que cet Esprit opérait lui même au milieu de ces Mineurs Réconciliés et non encore Régénérés.

Les Patriarches, après leur régénération sont devenus à leur tour Réconciliateurs, particulièrement ceux qui comme Abraham, Isaac, Jacob avaient été pendant leurs vies terrestres en communication avec la divinité par l'intermédiaire d'un envoyé céleste et auxquels l'Éternel avait donné la double puissance accordée primitivement à Adam pour triompher des Esprits prévaricateurs. Le vrai Réconciliateur étant un esprit majeur ou Être de double puissance , qui aura éternellement à opérer ses facultés puissantes dans les différentes classes où seront placés les premiers et les derniers sanctifiés et réconciliés.

Par leur opération, les Réconciliateurs quels qu'ils soient font savoir à l'opérant qu'il est bien un Mineur Spirituel et lui transmettent en même temps les dons qu'ils ont reçus de l'Éternel ou pour employer le terme mystique, ils lui impriment le « sceau de la sanctification » qui invisible à l'homme ternaire et corporel, est pourtant l'action temporelle de réconciliation, et faute duquel aucun Mineur ne peut être réconcilié. Ce sceau est « l'Octénaire », le Huit mystique, nombre de la double puissance divine, nombre que le créateur a destiné aux Élus Spirituels qu'il veut favoriser et préposer à la manifestation de sa gloire, et dont les Réconciliateurs eux-mêmes sont marqués, car c'est par ce nombre qu'ont été faites toutes les réconciliations successives. Je vous renvoi au Christ Jésus le dernier réconciliateur connu.

Pour clôturer cet enseignement qui est issue de la « Doctrine des Élus Cohen dite de Moïse » et qui nourrit celle de notre Régime Ecossais Rectifié, il faut savoir que tout mystique cherche par définition, à entrer en rapports avec le monde transcendant, mais, de même qu'il y a dans les relations que l'homme entretient avec le divin un Culte de latrie et un Culte de dulie, (Le culte de dulie est, pour l'Église catholique romaine, le culte réservé aux saints, par opposition au culte de latrie, réservé à Dieu, et au culte d'hyperdulie pour signifier l'adoration due exclusivement à la Sainte Trinité ).

Il existe un mysticisme extatique, qui s'élance tout droit vers Dieu et le Martinisme Originel de Saint Martin orienté par la doctrine de Jacob Boehme en est une source vérifiée.

Il existe un mysticisme théurgique, qui s'adresse à lui par l'intermédiaire de puissances secondaires, d'Esprit subordonnés à la Cause première, tels sont les opérations du Traité de la Réintégration pratiquées par le Culte des Cohen dans les Opérations Équinoxiales.

ANNEXE I - In Extenso

Je rajouterais la réponse à la question qui m'a été posée la dernière fois car elle implicite et complémentaire de cette instruction : Émanés, Émancipés, Créés.

Les êtres spirituels divins « émanés » directement de Dieu et qui étaient présents dans la divinité comme le séminal de la reproduction des Formes est inné dans les différents organismes qui composent l'univers matériel, ils sont réels et impérissables, c'est à dire ont une existence personnelle, absolue et éternelle ; ils existent dans le Cercle de l'immensité divine.

Certains chefs spirituels divins prévariquèrent en abusant de la liberté que Dieu leur avait accordée. Dieu avait laissé les êtres émanés libres d'agir conformément à leurs pensées et à leurs volontés particulières, car il faut comprendre qu'il n'est point en lui de lire dans les causes secondes ni d'en empêcher l'action, sans déroger à sa propre existence d' Être nécessaire et à sa puissance divine. Dieu ne peut lire dans la pensée que lorsqu'elle est conçue et ne peut détruire la volonté des êtres spirituels.Poussés par l'orgueil, ils voulurent émanés des êtres qui ne dépendraient qu'eux.Ils ont donc empiété ainsi sur la toute puissance divine en prétendant donner naissance par leur propre puissance aux causes troisièmes et quatrièmes ; rappelant que la cause première et seconde est détenue par Dieu lui même. Cette première faute dans l'immensité divine eut trois conséquences.

La création du monde matériel pour être un lieu fixe où ces esprits pervers pourraient agir mais sans plus aucune connexion avec Dieu ni l'immensité divine. Ils sont en privation et leur malice devient la borne de leurs opérations mauvaises. Dans cette prison, les esprits déchus furent « émancipés » pour rester libre dans le domaine qui leur était assigné.

Ensuite, Dieu émana le Mineur Spirituel que l'on nomme Adam ou Premier Père et que les Cohen nomment « Réaux ou Roux » signifiant « Homme Dieu ».

Cet être spirituel est pourvu de trois dons, la pensée, l'image et la ressemblance du créateur. Il était destiné à s'opposer au mauvais esprit ou démon pour le contenir ou le combattre dans le Sur-céleste et il était pourvu de la même puissance que les premiers esprits quoique émané après eux et il devient leur supérieur.

Comme la 1ère prévarication des esprits arriva avant que les Mineurs fussent émanés, ils ne purent recevoir aucune souillure ni aucune contagion. Ils héritèrent de la puissance quaternaire dite autorité sur les esprits, ces Mineurs étant purs et émanés du sein de la divinité. Mais l'homme Dieu jouissant comme les 1er esprits émanés de son libre arbitre, il abusa de son privilège. Son orgueil que Dieu lui avait accordé, lui donna envie de la même création que celle du créateur. Les esprits démoniaques en eurent connaissance et l'un d'entre eux se présenta à lui sous une forme glorieuse apparente et le persuada d'opérer la science démoniaque à la place de la science divine et l'encouragea à opérer une création. Mais si Adam avait en lui un acte de pouvoir de création de postérité de forme spirituelle c'est à dire de forme glorieuse, il ne pouvait l'activer sans la coopération du Créateur. A peine s'est il lancé dans cette opération bien que l'idée lui ait été suggérée par les esprits pervers, il en découla que celle-ci a été plus considérable puisqu'elle était opposée à la volonté du créateur et soumise aux esprits pervers puisqu'ils n'avaient pas eu le temps de le faire avant d'être chassés de l'immensité divine.

Cet acte fut doublement punis, par le résultat de l'acte criminel mais aussi par le changement d'état du coupable. Dieu enferma la forme de matière créé par Adam un être mineur, en effet Adam produit une forme ténébreuse matérielle qu'il appela « Houwa » ou « Hommesse », c'est à dire mystiquement « chair de ma chair », ouvrage de mon opération conçue par l'œuvre de mes mains souillées. La « Création » étant elle souillée par sa nature et purement temporelle et pour la Genèse de la Bible Hébraïque (5ème - 2ème avant notre ère) issue de l'homme, le Nouveau Testament ayant été édité en +364 après le Concile de Laodicée sans l'apocalypse de Jean, ce serait Dieu qui aurait décidé d'extraire de la cuisse du corps glorieux d'Adam, un être androgyne dont la nature n'est pas définie !!!. Selon le Traité de Pasqually, le créateur laissa subsister l'ouvrage impur du Mineur pour qu'il fut molesté de génération en génération et pour un temps immémorial, ayant toujours devant les yeux l'image de son crime et ceci afin que sa postérité endure jusqu'à la fin des siècles les peines et les misères de manière qu'elle se souvienne que ses souffrances ne viennent pas du créateur mais bien du premier père, créateur de matière impure et passive.

Et dans l'Anthropologie de notre histoire humaine et divine, nombreux sont les témoignages sur les attaques des esprits démoniaques, Adam pour débuter puis Caïn, Jacob, Nemrod, les Quatre Mages d'Égypte, et bien d'autres encore. Mais en contrepartie, beaucoup d'anges envoyés par le créateur se sont aussi manifestés tel que Enoch et pas le fils de Caïn Hénoch avec un H, Noé et ses fils dépositaires dont Sem pour la Tradition Primordiale, dont Japhet pour la Tradition Noachite, pour Cham le troisième la Tradition Caïnite s'étant laissé abusé par l'esprit démoniaque, Abraham, Isaac, Melchisédech, David, Salomon, Zorobabel etc. D'où la confirmation que Houwa ou Hommesse fut crée de l'homme et non émané ou émancipé du créateur. Prisonnier de cette forme matérielle, Adam dut habiter cette terre sur laquelle il régnait avant, il fut assujetti comme un être purement spirituel temporel composé d'un corps et d'une âme passive sujet au temps et à la mort. La forme qu'il avait créé lui servit à perpétuer la race des Mineurs déchus, car condamné à se reproduire par la matière ne pouvant plus faire usage des essences spiritueuses matérielles pour sa reproduction.

Annexes II - In Extenso

Sources Initiatiques par Zacharie

- :- :- :- :-

Origène est l'un des premiers à avoir précisé qu'il n'y avait pas de « Réincarnation » dans le christianisme, mais une « pérégrination des âmes » (odusseus tôn psuchôn), ce qui signifie exactement « pérégrination des esprits », les esprits dénotant à la fois les âmes et les anges.

Et il faut être clair, cette « pérégrination » ne s'entend absolument pas en mode terrestre, elle implique des étapes avant de rejoindre l'immensité céleste, étapes qui sont autant de paliers purificatoires s'effectuant dans différents « mondes » infra-terrestres ou supraterrestres, dont l'Eglise théorisera le nom sous la désignation de « Purgatoire ».

Martines de Pasqually évoque quant à lui les différents cercles planétaires : « Le lieu où ces justes reposent en attendant se nomme philosophiquement cercle rationnel, ou cercle saturnaire. C'est lui qui sert d'escabeau aux cercles surcélestes et c'est lui que l'Ecriture fixe comme le lieu de repos des saint pères réconciliés envers le Créateur. C'est là ce qui nous enseigne qu'il ne suffit pas, pour la réintégration des êtres réconciliés, du temps qu'ils actionnent et opèrent dans le cercle sensible terrestre. Il faut, de toute nécessité, qu'ils actionnent spirituellement dans tous les espaces du cercle universel, jusqu'à ce qu'ils aient fini le cours que le Créateur a fixé aux mineurs en les émanant de lui et en les émancipant de son immensité divine. » (Traité, § 133).

Les cercles par lesquels passent les âmes sont ainsi décrits : « les autres cercles planétaires inférieurs sont compris dans l'immensité du cercle sensible. Ces cercles inférieurs sont : Mercure, Mars, Jupiter, Vénus et la Lune ; et tel est l'ordre de ces sept cercles célestes planétaires : Saturne, 1 ; le Soleil, 2 ; Mercure, 3 ; Mars, 4 ; Jupiter, 5 ; Vénus, 6 et la Lune, 7. Cette fameuse montagne spirituelle t'enseigne donc la distance de la cour spirituelle divine à la partie céleste et celle de la partie céleste à la partie terrestre [...] les esprits mineurs accomplissent leur opération spirituelles pures et simples, selon l'ordre immuable qu'ils ont reçu du Créateur, pour parvenir à leur réconciliation et à leur réintégration dans le surcéleste. » (Traité, § 217).

L'idée d'un temps de « purgation », ou « purification », semble donc acquise pour Martinés de Pasqually.

Louis Claude de Saint Martin écrit de son côté : « Ainsi, comme il faut que nous soyons punis par où nous avons péché, il se pourra que dans la vie future, ceux qui ici-bas se seront trop livrés à ce que le monde appelle de l'esprit soient tourmentés par une pénible surabondance de ce même esprit, et qu'au lieu de participer aux jouissances de l'âme et du sentiment de leur être divin, ils soient sans cesse aiguillonnés par des vapeurs légères et aigües dans lesquelles notre pensée s'évapore aisément quand nous lui laissons trop constamment poursuivre cette carrière attrayante, mais plus illusoire que vraie et plus spécieuse que solide. Le purgatoire a, comme l'enfer, des régions. Là aussi, on ne se met point en route d'un relais pour la course suivante sans que les comptes aient été soldés. Ce sont, ça et là, les divers degrés de la grande série que nous avons à parcourir avant d'avoir atteint le dernier terme de notre destination originelle. Très généralement, dans la Réintégration, l'âme spirituelle et les essences corporelles sont obligées de déposer dans chaque région les substances des impressions que le mal y a faites; Celles qui n'en ont point reçu n'ont rien à y laisser, et ceux qui les habitent n'ont rien à demander d'un bien qui ne leur appartient pas. » (Mon Livre Vert n°356).

Il apparaît donc en conséquence, selon les penseurs qui sont à la source de nos enseignements, que si l'idée d'étapes transitoires post-mortem, de type « purgatif » équivalent à la « pérégrination des âmes » origénienne, est tout à fait acceptée et vraisemblable, que la réincarnation pensée comme subsistance en ce monde d'une âme passant par différentes enveloppes est inacceptable et erronée.

Dans son ouvrage sur le spiritisme, Guénon dit à ce sujet quelque chose de fort intéressant, distinguant « transmigration », qui rejoint la perspective martinésienne, et « métempsychose » : « Après avoir dit en quoi consiste vraiment la métempsychose, nous avons maintenant à dire ce qu'est la transmigration proprement dite : cette fois, il s'agit bien de l'être réel, mais il ne s'agit point pour lui d'un retour au même état d'existence, retour qui, s'il pouvait avoir lieu, serait peut-être une « migration » si l'on veut, mais non une « transmigration ».

Ce dont il s'agit, c'est, au contraire, le passage de l'être à d'autres états d'existence, qui sont définis, comme nous l'avons dit, par des conditions entièrement différentes de celles auxquelles est soumise l'individualité humaine (avec cette seule restriction que, tant qu'il s'agit d'états individuels, l'être est toujours revêtu d'une forme, mais qui ne saurait donner lieu à aucune représentation spatiale ou autre, plus ou moins modelée sur celle de la forme corporelle) ; qui dit transmigration dit essentiellement changement d'état.

C'est là ce qu'enseignent toutes les doctrines traditionnelles de l'Orient, et nous avons de multiples raisons de penser que cet enseignement était aussi celui des « mystères » de l'antiquité ; même dans des doctrines hétérodoxes comme le Bouddhisme, il n'est nullement question d'autre chose, en dépit de l'interprétation réincarnationniste qui a cours aujourd'hui parmi les Européens.

C'est précisément la vraie doctrine de la transmigration, entendue suivant le sens que lui donne la métaphysique pure, qui permet de réfuter d'une façon absolue et définitive l'idée de réincarnation ; et il n'y a même que sur ce terrain qu'une telle réfutation soit possible. Nous sommes donc amené ainsi à montrer que la réincarnation est une impossibilité pure et simple ; il faut entendre par là qu'un même être ne peut pas avoir deux existences dans le monde corporel, ce monde étant considéré dans toute son extension : peu importe que ce soit sur la terre ou sur d'autres astres quelconques ; peu importe aussi que ce soit en tant qu'être humain ou, suivant les fausses conceptions de la métempsychose, sous toute autre forme, animale, végétale ou même minérale. » (René Guénon, L'erreur spirite, chap.VI : La réincarnation, p.197-225)

Il n'y a donc pas, en conclusion, dans l'idée de « pérégrination des âmes » dans les cercles célestes que soutient Martinés, une « stagnation » dans le domaine terrestre, mais une évolution purificatrice qui n'est pas le retour du même au sein du même comme dans la métempsychose, bien au contraire, puisque ce parcours ascendant est à la fois possédant une vertu « purgative », sanctificatrice et spiritualisante, ce qui correspond d'ailleurs à l'enseignement de l'Eglise latine sur le sujet.

Cependant, les différentes confessions chrétiennes rejetant l'idée de « réincarnation » mais n'adoptant pas la même position vis-à-vis du « purgatoire », qui est seulement reconnu par Rome, il convient sans doute de veiller à en rester aux seuls enseignements de nos fondateurs et de ne pas s'engager sur le terrain proprement « théologique », terrain comme on le sait dont nos règles nous font le devoir disciplinaire de ne point aborder.

Annexes III - In Extenso

Extrait commenté sur le Livre d 'Adam

Ce Livre de la Genèse nommé "Livre d'Adam" est un récit de la Genèse qui a été retiré injustement des textes. Ce récit était bien connu des Israélites qui l'ont transmis.

Ce Livre est une richesse et une bénédiction pour comprendre des éléments de la Genèse. Nous voyons aussi dans ce Livre l'amour d'Adam pour sa femme, cet Amour que le mari doit pour sa femme ressort dans les écrits des Apôtres.

Il lève une partie du voile sur la Réconciliation de la femme créé de l'Homme-Dieu selon la Genèse et il nous confirme que la femme peut espérer par la grâce de l'enfantement de Marie vierge et ayant reçu le fils du Seigneur par la conceptualisation divine de l'Esprit qui lui fut annoncée par l'Ange Gabriel. Cet acte montre la Miséricorde de l'Eternel. Et la sphère divine et initiatique nous démontre que cette Réconciliation féminine est unique, elle se traduit par l'enfantement et ne peut donc pas être assimilée à celle de l'Homme afin de conserver la virginité spirituelle de sa nature. « J'ose dire et affirmer sur ces bases révélées que l'initiation de la femme se fait par la filiation de Marie et elle ne peut s'assimiler à celle d'Adam. Ce qui nous explique en partie pourquoi la Doctrine Rectifiée ne permet pas à la femme de prendre cette voie initiatique pour espérer la Réintégration mais bien une autre voie qui serait en harmonie avec son principe».

Béreshit-Livre d'Adam 1 :7

Ève lui répondit : - Tue-moi si tu veux afin que la rage et la colère soient nulles devant toi, car cela est arrivé à cause de moi et ils te ramèneront au jardin. Adam lui dit : - Ève, ne parle pas de cette manière de peur qu'Elohim n'apporte sur nous de plus grands maux et qu'on devienne méprisable. Comment vraiment pourrais-je te faire du mal, car tu es mon corps.

Nous retrouvons cette notion d'Amour que le Mari doit avoir pour sa femme :

Ephésiens 5:28-29

C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme, s'aime lui-même.

Car personne n'a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et l'entretient, comme YHWH le fait à l'égard de l'Assemblée ;

Ce texte contient aussi des prophéties Messianiques sur le Second Adam, terme employé par l'Apôtre Paul concernant Yehshouah, nous trouvons aussi le thème de la résurrection des justes.

Ce passage relate le moment ou Seth et Eve veulent demander de l'huile qui se trouvait dans le jardin d'Eden pour soigner Adam qui est mourant.

Béreshit-Livre d'Adam 8

Seth avec Ève allèrent près du jardin et ils pleurèrent de gros sanglot et demandèrent à Elohim d'envoyer un ange pour les aider.

Elohim leur envoya Michæl, l'ange qui est le prince des âmes, et il leur dit ces mots : - Seth homme d'Elohim, ne t'efforce pas de nous supplier pour l'huile qui sort de l'arbre, cette huile de joie, pour oindre Adam ton père.

Cela n'est pas pour maintenant mais seulement à cette époque où les années de la fin seront remplies et complétées, alors le Oint Messie bien-aimé viendra ressusciter le corps d'Adam. En raison des péchés qui ont pris place, Il viendra au Jourdain et sera immergé par lui et quand il sortira de l'eau alors Michæl viendra et oindra le nouvel Adam avec l'huile de joie.

Alors après ça, il arrivera la même chose à toutes les bêtes sauvages de la terre qui se lèveront de résurrection et seront dignes d'entrer au jardin, je les oindrai avec cette huile. Mais toi, va vers Adam ton père, car dans 3 jours son âme va sortir de son corps et seront vu plusieurs merveilles aux cieux et sur terre et en tous les [luminaires] qui sont dans les cieux. Quand l'ange eut dit cela, il disparut derrière un arbre du jardin.

Notez aussi ici pour ceux qui se demandaient où allaient les âmes des animaux qu'ici il est dit que les âmes des animaux ressuscitent aussi...

Notez bien aussi la prophétie de l'immersion de Yehshouah dans le Jourdain et de son onction, onction faites par l'archange Michael sous l'ordre d'Elohim.

Notez aussi que nous voyons dans ce texte qu'il est question de 3 jours d'attente concernant l'âme d'Adam, nombres de jours pendant lesquels Yehshouah resta dans le tombeau.

Nous avons aussi cette citation dans Osée qui démontre la notion de cette attente de trois jours bien connu par les Israélites.

Osée 6:2

Il nous rendra la vie dans deux jours ; Le troisième jour il nous relèvera, Et nous vivrons devant lui.

La prophétie des 3 jours dans le tombeau concernant le Messie est explicite dans le Livre d'Adam où il est écrit en référence à Adam :

Mais toi, va vers Adam ton père, car dans 3 jours son âme va sortir de son corps

Après la résurrection de Yehshouah, voici ce que nous lisons :

Luc 24 : 36-47

Comme ils tenaient ces discours, Yehshouah lui-même se présenta au milieu d'eux, et leur dit : La paix soit avec vous.

Mais eux, frappés de stupeur et d'épouvante, croyaient voir un souffle.

Et il leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi s'élève-t-il des pensées contraires dans vos cœurs ?

Voyez mes mains et mes pieds, car c'est moi-même. Touchez-moi et regardez-moi ; car un souffle n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'ai.

En disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds.

Mais comme, dans leur joie, ils ne le croyaient point encore, et qu'ils étaient étonnés, il leur dit : Avez-vous ici quelque chose à manger ?

Et ils lui présentèrent un morceau de poisson rôti et du miel en rayon.

Et l'ayant pris il en mangea en leur présence.

Puis il leur dit: C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu'il fallait que tout ce qui a été écrit de moi dans la Torah de Moïse et dans les Prophètes et dans les psaumes, fût accompli.

Alors il leur ouvrit le souffle, pour qu'ils comprissent les Écritures.

Et il leur dit : Ainsi est-il écrit, et ainsi fallait-il que le Mashiakh souffrît, et qu'il ressuscitât des morts le troisième jour,

Et qu'on prêchât en son Nom la repentance et la rémission des péchés, parmi toutes les nations, en commençant par Jérusalem.

Notez que Yehshouah, le Second Adam a été victorieux en ressuscitant avec son corps le troisième jour alors que le premier Adam attendit 3 jours pour que seule son âme soit élevée, séparée de son corps.

Voyons aussi les citations de l'Apôtre Paul sur le Second Adam :

1 Corinthiens 15:47

Le premier Adam, étant de la terre, est terrestre, et le Second Adam, le Seigneur, est du ciel. Cette formulation de Second Adam fait explicitement référence à la prophétie énoncée par l'Archange Michaël quand Il dit :

Cela n'est pas pour maintenant mais seulement à cette époque où les années de la fin seront remplies et complétées, alors le Oint (Messie) bien-aimé viendra ressusciter le corps d'Adam.

En raison des péchés qui ont pris place, Il viendra au Jourdain et sera immergé [par] lui et quand il sortira de l'eau alors Michæl viendra et oindra le nouvel Adam avec l'huile de joie.

Béreshit-Livre d'Adam 20 :5-7

Elohim vint au jardin et toutes les plantes [bougèrent] et tous les gens qui étaient avec Adam tombèrent endormis sauf Seth, l'être vertueux, était le seul éveillé selon l'instruction d'Elohim.

Elohim alla vers le corps d'Adam où il gisait mort, Elohim pleura grandement et dit d'une voix douce : - Oh Adam, pourquoi as-tu fait ça ? Si tu avais observé mon ordre, ceux qui t'ont rabaissé à cet endroit ne se seraient pas réjouis sur toi.

Mais je changerai leur réjouissance en chagrin et je changerai ton chagrin en réjouissance. Je ferai de toi le commencement de réjouissance et je te placerai sur le trône de celui qui t'a trompé et je les chasserai dans un endroit d'obscurité et de mort.

Nous avons aussi le commandement d'Elohim donné à Seth dans ce Livre sur comment embaumer un corps, cet embaument s'est transmis chez les Juifs mais ce commandement a bien été transmis par écrit par Moïse.

Nous avons aussi des détails où l'on voit que le serpent s'est laissé séduire par le démon, nommé l'adversaire.

En hébreu adversaire s'écrit "shatan" mais ce n'est pas un nom mais un qualificatif.

Et nous voyons comment l'adversaire séduisit aussi le serpent afin qu'il se serve du serpent l'animal comme d'une lyre afin de séduire Eve.

Notez donc bien que le terme de Satan n'est pas un nom mais un qualificatif car cela signifie "adversaire" donc quand on voit le terme de Satan dans la Bible, il ne s'agit pas toujours forcément du même démon car ils sont très nombreux à être nos adversaires. D'ailleurs le démon qui entra dans le serpent pour tenter Eve est nommé spécifiquement dans le livre d'Hénoch.

Nous voyons aussi dans ce Livre qu'Adam est nommé Elohim car il est créé à l'Image d'Elohim, ce qui est confirmé par le Psaume d'Asaph où on lit ceci :

Psaumes 82:6. J'avais dit : Vous êtes des Elohim, Vous êtes tous des fils du Très Haut.

Et Yehshouah confirmera en disant :

Jean 10 :34

Yehshouah leur répondit : N'est-il pas écrit dans votre Torah : J'ai dit : Vous êtes des Elohim ?

Notez ici un point très important dans les Paroles de Yehshouah.

Yehshouah ne cite pas ici le Psaume d'Asaph car les Psaumes ne sont pas nommés la Torah, mais ici Yehshouah fait référence à la Torah,

Car Yehshouah dit bien : N'est-il pas écrit dans votre Torah

On note que dans le Livre d'Adam, qu'Adam est nommé par Elohim un Elohim :

Béreshit-Livre d'Adam 3:14-23

Adam répondit et lui dit : - Quels sont nos [péchés] contre toi que tu nous fasses tout ça ? Satan (l'adversaire) répondit et dit : - Tu ne m'as rien fait mais je suis arrivé à ce rang à cause de toi, le jour où tu fus créé, car je suis sorti ce jour-là.

Quand Elohim insuffla son Souffle en toi, tu reçus la ressemblance de son image, alors Michæl vint et il t'agenouilla devant Elohim.

Elohim dit à Michæl : - Voici j'ai créé Adam à la ressemblance de mon image.

Alors Michæl somma tous les anges et Elohim leur dit : - Venez, agenouillez-vous à l'Elohim que j'ai fait.

Michæl s'inclina le premier puis il m'appela et dit : - Toi aussi, agenouille-toi à Adam.

Je dis : - Va-t'en Michæl ! Je ne m'agenouillerai pas vers celui qui est postérieur à moi, car je le précède. Pourquoi est-ce correct [pour moi] de m'agenouiller vers lui ?

Les autres anges qui étaient avec moi entendirent ça aussi et mes paroles leur semblèrent plaisantes et ils ne se sont pas prosternés vers toi Adam.

Alors Elohim devint en colère contre moi et commanda de nous expulser de notre habitation et de nous jeter sur terre, moi et mes anges qui étaient en accord avec moi, et vous étiez à ce moment-là dans le jardin. Quand je réalisais qu'à cause de toi j'étais loin de l'habitation de lumière et étais dans les détresses et les douleurs, alors je préparais un piège pour toi afin que je puisse te destituer ta joie tout comme je fus destitué moi aussi à cause de toi.

Quand Adam entendit ça, il dit à (YHWH) : - [(YHWH), mon âme est dans ta main. Fasse que cet ennemi qui est mien s'éloigne de moi, qui désire m'égarer, moi qui cherche la lumière que j'ai perdue. À ce moment Satan (l'adversaire) disparut devant lui.

Certains pourraient prendre tout ce texte pour une fable mais beaucoup prennent toute la Genèse pour une fable, donc cela n'est pas un critère.

Vous constaterez aussi que Mohamed s'est servit de ce texte concernant le fait que les anges se prosternèrent devant Adam sauf les anges qui désobéirent et refusèrent mais Mohamed a fait de même pour les autres textes Bibliques pour en tordre le sens et faire sa propre doctrine contraire à la doctrine du Seul Vrai Elohim.

Pensez à lire ce texte en ayant conscience qu'au début de la création, rien n'était comme ce que nous voyons aujourd'hui. Adam et Eve étaient deux êtres exceptionnels dans l'insouciance de laquelle ils sont soudainement sortis par la venue de l'adversaire et de la désobéissance qui entraîna leur rejet du jardin d'Eden et tout un bouleversement avec le règne animal s'enclencha et la mort toucha tous les hommes et les animaux.

Ce texte ne peut que toucher ceux qui savent bien ce que nous avons perdus mais ce texte montre comment Elohim nous sauvera et comment Il racheta Adam et Eve qui se repentirent de toute leur âme, de toute leur force et de tout leur cœur.

Ce récit intitulé le Livre d'Adam ou l'Apocalypse de Moïse doit trouver sa place légitime dans le récit de la Genèse entre le chapitre 4 et le chapitre 5.

- :- :- :- :-

Notes

[Le texte que vous venez de lire vient d'une source confirmée et conforme à l'esprit du Régime Ecossais Rectifié. Le rédacteur n'est que le simple répétiteur de cette théosophie sacrée. Certaines instructions sont des duplications, d'autres sont multiples avec des commentaires ou des textes du rédacteur.]